Comptes-rendus de nos réunions

Vous trouverez ci-dessous les comptes-rendus de nos réunions et sorties :

- Juin 2017 / Nouvelle Cuvée des Sommeliers "Royal Seyssel" / Menthon St. Bernard

- Mai 2017 / Coups de Coeur / Jeune Sommelier / Emilie Nallet

- Avril 2017 / Champagnes de vignerons / Abbaye de Talloires

- Mars 2017 / Voyage dans le Jura

- Février 2017 / Les Fiefs Vendéens / Annecy au "Salon Français"

- Décembre 2016 / Château de Chassagne-Montrachet / Famille Picard

- Novembre 2016 / Vins en Biodynamie avec Béatrice PICHON à Annecy

- Novembre  / Toulouse / Meilleur Sommelier de France + A.G. UDSF + Maître Sommelier

- Octobre 2016 / Assemblée Générale A.S.S.A.B.

- Septembre 2016 / Journée détente à Chamonix

- Septembre 2016 / Domaine de Vassal + Rencontre avec Pierre Galet

- Juin 2016 / 1ère Fête de la Sommellerie Française / Reportage Photos

- Mai 2016 / Les "Coups de Coeur" d'un jeune Sommelier / Jongieux / Château de la Mar

- Avril 2016 / Déjeuner de Gala au Farçon à Courchevel 

- Mars 2016 / IMT Grenoble - Mr. Puisais

- Mars 2016 / Crémants de Savoie / Ayse / Seyssel à l'Abbaye de Talloires

- Février 2016 / Les vins du Bugey

- Janvier 2016 / Thème "Les vins du Sud-Ouest" à l'école Hôtelière de Thonon les Bains

- Décembre 2015 / Assemblée générale à Tamié

 

EN BONUS : Présentation du Royal Seyssel "Cuvée des Sommeliers"

JUIN 2017 /  "ROYAL SEYSSEL" - Nouvelle Cuvée des Sommeliers de Savoie-Alpes-Bugey

ROYAL SEYSSEL : renaissance d’une bulle royale !

"Cuvée de l’Association UDSF Savoie Alpes Bugey"

 

« Une des 1ères AOC de France, du sang chypriote dans mes racines, je rafraichissais les palais des rois et reines de toute l’Europe il y a près d’un siècle »: voici le Royal Seyssel. Baptisé ainsi en 1901, cet effervescent n’a jamais état aussi jeune qu’aujourd’hui. Tombé dans l’oubli dans les années 80, Gérard LAMBERT et son épouse se sont engagés en 1988 à faire revivre la première appellation de Savoie, AOC Seyssel et les cépages qui la produisent.

 

Nouvelle étiquette (chic & choc), nouveau millésime (2012), la cuvée des Sommeliers a fait sensation lors de son inauguration, Lundi 26 Juin 2017. Entre lac et montagne le Château de Menthon-Saint-Bernard, siège de la famille de Bernard de Menthon depuis 1000 ans, a été le cadre rêvé pour présenter cette cuvée auprès des cavistes, restaurateurs et presse locale.

 

            Au passé…

A cheval entre le Bugey et la Savoie, apparus au 12ème siècle, les vins mousseux de Seyssel connurent leur apogée au 19ème siècle dans toute l’Europe.

Nommé Royal Carte Bleue en 1901, destiné à la famille royale de Savoie, et autres têtes couronnées se rendant en cure thermale à Aix-les-Bain, Evian et Thonon-les-Bains, cette bulle prit naturellement le nom de son terroir d’origine. Apprécié par la Reine Victoria, ainsi est né le Royal Seyssel. A l’époque, il était écrit « grand cru régional » ou encore « méthode champenoise ».

Une couronne en effigie : oui, boire du Royal était à la mode.

En 1927, fut créé le Syndicat des Vins de Seyssel, prémisse à l’obtention de l’AOC Seyssel en 1942: la première appellation des vins de Savoie.

            Au présent…

Soutenir une AOC de notre région, promouvoir un vin effervescent local, n’est-ce pas là une des missions de notre association ? Ainsi sont nés ce partenariat en 2015 avec M. Lambert, et cette cuvée sélectionnée : Royal Seyssel Vintage Extra-Brut 2012.

Elles est composée de 80% de molette et 20% d’altesse, deux cépages uniques et emblématiques apportant l’un, la vivacité, l’autre, l’aromatique. Un élevage sur lattes de 48 mois,  puis un dosage à 4g/l à la mise, viennent peaufiner le tout.

Jaune or, nez de fruits frais et mûrs, sa richesse en bouche séduit nos papilles. Nuances briochées, épices, fine effervescence, élégance et complexité : le charme opère.

 

            Au futur…

Que les acteurs de la restauration et du tourisme soient de plus en plus nombreux à valoriser et être fier de cet effervescent local et historique. Soyons fous: gageons que sa légitimité sur table prime sur une toute autre bulle venant d’ailleurs.

Ce partenariat entre les Caves Lambert et notre association relève d’un travail de partage et de conviction : aller plus loin dans la vulgarisation des vins de la région Savoie Alpes Bugey.

L’image de la sommellerie va au-delà de l’art du service du vin : c’est aussi connaître les spécificités de sa région et les transmettre avec passion.

 

Merci à Dorian Antoine, directeur et guide du Château de Menthon, pour son accueil.

Merci à Bernard pour le délicieux buffet de spécialités franco-italiennes, merci aux personnes qui ont rendu ce jour mémorable, merci enfin à toutes les personnes présentes ce jour là.

 

Elise LEMOINE

SEYSSEL AOP 2012 - "ROYAL SEYSSEL" - EXTRA BRUT

Un homme, un terroir sauvegardé, une histoire, une personnalité, tous les ingrédients de la réussite sont réunis !

Précise et élégante, cette cuvée a véritablement sa place dans la gastronomie.

Il nous est apparu logique que les sommeliers de notre région s’y intéressent : 

un partenariat est ainsi né.

FICHE TECHNIQUE :
  • ASSEMBLAGE : 80 % MOLETTE + 20 % ALTESSE
    
  • 48 MOIS DE MISE SUR LATTES
    
  • BRUT 0 / NON DOSE
    
    Pour commnder vos bouteilles de Royal Seyssel, contactez directement les Caves Lambert et demandez la "Cuvée spéciale des Sommeliers" ...
    
    Contact : Mr LAMBERT / 04.50.56.21.59 / Site Internet : Cliquez ICI
    

Mai 2017 / Coups de Coeur / Jeune Sommelier


Cette année c'est Emilie Nallet, commis Sommelière au restaurant Les Trésoms à Annecy qui a fait découvrir aux membres de notre association ses vins préférés avec passion.

 

BRAVO !


Merci à Mr Genoux de nous avoir reçu.


Joyeux Anniversaire Emilie : 20 ans ...

 

Avril 2017 / Champagnes de vignerons /  Talloires

Champagne de vigneron : une bulle sur-mesure.

 

« Champagne ! »… Unique boisson qui vous offre toute l’année 365 excellentes excuses de le déguster.  Effervescent festif par excellence, il serait dommage de cantonner celui-ci à l’apéritif, au vu de ses multiples facettes.

 

Si, au temps de la cour Impériale de Russie, il s’appréciait sec ou demi-sec, le champagne peu dosé l’extra-brut ou le brut nature, sont dorénavant fortement plébiscités.  

Nous ne parlerons pas des grandes maisons de champagne. Les vignerons indépendants sont ici le cœur du sujet, cultivant leurs vignes, par opposition aux vins assemblés par ces maisons à partir de raisins qu’elles achètent. Ils réalisent des ouvrages précis, révélant une forte personnalité : la leur et celle de leurs terroirs. Avant tout un vin, la bulle d’un champagne peu dosé aiguise vos papilles, souligne vos plats et rebondit sur le crémeux du fromage.

 

A l’initiative de Charly, Mardi 18 Avril, 25 échantillons gracieusement fournis par les vignerons ont été réunis pour une dégustation, à l’Abbaye de Talloires. Terroirs, assemblage, dosage et date de dégorgement, ressortent comme les quatre piliers pour mieux comprendre ces cuvées sur-mesure.

 

De manière aussi légère que la bulle, les dégustations furent réalisées librement, sans ordre précis. Les palais travaillent, les esprits se concentrent, les nuances s’affirment.

En guise de conclusion, Charly, un brun joueur, a demandé à la trentaine de personnes présentes, de citer leurs trois champagnes préférés.

 

 

Voici donc les cuvées « coup de cœur » :

 

            Pour captiver : Leclerc Briant les Chèvres Pierreuses Cumières 1er cru Brut

                                       Vallée de la Marne

 

Domaine fondé en 1872, ce sont désormais 8 ha menés en biodynamie. Le lieu-dit les Chèvres Pierreuses est un parcellaire de 2,80 ha sur le terroir Cumières.

Issue de 40% pinot noir, 40% pinot meunier et 20% chardonnay, cette cuvée a été élevée sous bois, dégorgée en novembre 2016, dosée à 4g.

Superbe nez subtil et expressif, aux notes de citron, menthe et poivre blanc. A l'aération s’expriment les fruits mûrs et à chairs blanches. Bulle fine, bouche souple et fraîche, soulignée d’agrumes, elle nous offre une longueur vive et intense.

 

 

            Pour charmer : Alexandre Lamblot Terroir Premier Cru – Montagne de Reims

 

Existant sous Louis XIV, ce domaine de 10 ha répartis près de Reims, sur les meilleurs premiers crus (42 parcelles !) voit son histoire pérennisée par la dernière génération, jeune homme brillant, présent ce jour là.

Avec ses 80% pinot meunier, 20% pinot noir et 20% de vins de réserve, son nez floral nuancé de fruits blancs, ouvre le bal à une bouche ample, crémeuse, soulignée par une belle vivacité. Dosé à moins de 6g, sa finale est précise et parfumée.

 

            Pour surprendre : Alexandre Penet Extra-Brut – Montagne de Reims

 

Ici le Pinot est roi : 30% Pinot Noir et 40% Meunier, assemblé avec 30% de chardonnay et 30% de vins de réserve. Son nez surprend par sa finesse et son caractère : agrumes et fleurs sur fond de fruits secs. Dosé à moins de 6g, les bulles fines en attaque précèdent une bouche parfaitement équilibrée entre la vinosité et la vivacité. Belle longueur emprunte de minéralité.

 

Nous n’allons pas vous mentir : nous aurions voulu tous les mettre sur le podium. Ces 25 cuvées étaient en tout point remarquables, tant par leur définition aromatique que leur précision en bouche.

 

Un immense merci donc pour la confiance et le soutien de ces vignerons*, qui, comme nous, désirent révéler leur travail auprès des professionnels et des clients.

 

Merci à Charly pour cet événement et l’Abbaye de Talloires pour leur accueil et son buffet.

 

Elise LEMOINE

 

 

*Lallier - Petit et Bajan - Françoise Bedel - Leclerc Briant - Georges Vesselle - Camille Marcel - Janisson et Fils - Francis Boulard - Suenen - Berech et Fils - Marget - Guiborat - Coquard Bour - Henri Giraud - Franck Bonville - Doyard - Jacquinet Dumez - Lamiable - Vincent Couche - Franck Rivière - Franck Pascal - Lenoble - Alexandre Penet - Aexandre Lamblot - Le Brun de Neuville

Mars 2017 / Voyage dans le Jura

20 Février / Les Fiefs Vendéens / Annecy / Salon Français

Cap sur l’Océan : les Fiefs Vendéens mettent les voiles vers le succès !

 

On ne le dira jamais assez, la France brille par sa mosaique de terroirs et de cépages.

Alors brisons la routine, bousculons nos papilles et découvrons cette toute jeune AOC depuis 2011, les Fiefs Vendéens: 1 appellation, 3 couleurs, 5 terroirs.

Magique.

 

Charly, président de l’Association Savoie-Alpes-Bugey et vendéen de souche, a réuni auprès de 9 domaines une sélection de vins.

Rendez-vous pris Lundi 20 Février au Salon Français, bar à Fromages&Vins à Annecy, pour cette dégustation.

 

Entretien privé avec une petite appellation qui a tout d’une grande :

 

Votre histoire en  quelques mots ?

« De l’époque gallo-romaine bien sûr, mais c’est à Armand Jean du Plessis, Duc de Richelieu que l’on doit le succès de mes vins. La production n’a cessé de croitre, jusqu’à ce fâcheux phylloxéra. C’est vers 1945 que les vignerons ont reconstitué mon vignoble : gamay, pinot noir, cabernet, négrette (nb : elle offre une superbe expression chez un de mes amis, Fronton), chenin et chardonnay. La confiance revenant, en 1965, mes Anciens Fiefs du Cardinal deviennent les Fiefs Vendéens, un nom dont je suis fière de porter l’AOC depuis 2011. »

 

Parlons du présent, comment vous décrivez-vous ?

« Comme une femme, à la personnalité changeante et fascinante ! Je plaisante bien sûr… mais allez procurer des vins uniques avec seulement 412 ha et 18 vignerons ! 5 aujourd’hui conduisent leurs vignes en Agriculture Biologique (ou en cours de conversion) ou biodynamie, soit 40%, joli non ?

 

Mon vignoble n’a rien d’ennuyeux. De l’océan jusque dans les terres, mes sols se distinguent en 5 terroirs : Brem, Chantonnay, Mareuil, Pissotte et Vix.

Légère, élégante, précise, ou puissante, chaleureuse, épicée : tout est possible.

Une touche saline sur Brem, un fruit profond sur Mareuil, des sols de schistes, granite ou argilo-siliceux, je laisse aux vignerons le plaisir d’exprimer leurs talents. »

 

Côté couleur, êtes-vous rouge, blanc ou rosé ?

« Etonnamment, vous pourriez croire que je révèle plus de blancs. Et bien c’est le rosé qui tient le haut de l’affiche, environ 45%. Les stations balnéaires en Vendée sont le cadre parfait pour un verre de rosé, les pieds dans l’eau ! Côté rouge, 38% avec des profils variés, allant des vins sur le fruit ou élevés en fûts. Mes vignerons me donnent la chance de bien vieillir aussi. Et pour les amateurs de vins blancs, 17 % seulement : cette rareté me flatte car la demande augmente sans cesse. »

 

Des coups de cœur que vous aimeriez nous faire partager ?

« Cette dégustation a été un vrai plaisir. Pouvoir être écoutée, comprise, aimée ou non d’ailleurs.

Six vins ont touché pourtant mon public ce soir là, quatre en blancs, deux en rouge.

 

Sur Brem, le domaine des Granges, Christian et Delphine Nobiron. Audace 2015 (chenin/chardonnay 15%) s’est montrée élancée, minérale avec une superbe aromatique sur le floral, le miel et l’agrume. Caractère 2015 quant à lui, réunit pinot noir (50%), cabernet-franc et négrette. Fleurs, poivre blanc, fruits mûrs, tanins fondus. Tous ont succombé après aération.

Et oui, je me laisse désirer, parfois.

 

Toujours sur Brem, autre vigneron, autre vin : Thierry Michon du domaine St Nicolas, en biodynamie.

Sa cuvée Les Hauts des Clous 2015 rend honneur au chenin, chardonnay et grolleau gris.

Salin, sapide, long, élégant doté d’un fruité-agrumes rafraîchissant, tout est en place.

 

Un blanc qui n’a laissé personne indifférent : cuvée Les Amphibol 2015 signée domaine de la Barbinière.

Issue de Chantonnay cette fois, où mes sols sont constitués d’amphibolites et gneiss, roches métamorphiques très minéralisées, cet assemblage chenin/chardonnay (20%) révèle un fruit blanc (poire, prune), vif, expressif et délicat. Et l’élevage sur lies fines me procure un joli soyeux en bouche.

 

Enfin, la cuvée la Petite Groie, une toute nouvelle cuvée du Domaine Coirier : 90% chenin et 10% chardonnay.  Issue de la terre de Groie, sur Pissotte, galets et graviers sur schistes rouges me donnent une réelle profondeur. 11 mois en fûts s’y ajoutent pour un joli potentiel : une belle nervosité, du volume, infusions, fruits jaunes, amandes et notes toastées.

 

Côté rouge, le domaine des Jumeaux de Jean-Marc Tard a frappé fort ! Certains en ont perdu carrément leurs repères : cuvée issue de pinot noir, gamay et cabernet-franc passé en fût, Le clos des Châtaigniers a dévoilé un profil nature, croquant et sauvage. En biodynamie également.

Situé sur Mareuil, sables argileux et graviers sont un excellent support pour des rouges de caractère. »

 

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

 

« Sur toutes les lèvres, sur les cartes des belle tables et amateurs de bonne chère, bien sûr !

Hommes et femmes oeuvrent intelligemment avec mes sols, mes cépages et osent innover.

 J’ai confiance en eux. »

 

Un immense merci aux vignerons qui nous ont gracieusement permis de déguster leurs vins, merci au Salon Français, un lieu chaleureux et intimiste où Antony Milesi a su ravir nos palais par ses fromages.

Merci à Charly bien sûr pour sa passion et à tous les participants pour cette superbe soirée.

 

Par Elise LEMOINE

Article : Charly / Meilleure carte de vin de France !

Article Terre de Vins.pdf
Document Adobe Acrobat [934.7 KB]

12 Décembre : Voyage en Bourgogne / Château de Chassagne-Montrachet / Famille Picard

14 Novembre : Vins en Biodynamie à Annecy

Credit Photo : Jean-Sébastien Touchet / www.blue1310.com

LA BIODYNAMIE AU FIRMAMENT : entre ciel et terre, une journée découverte qui respire la vie et le plaisir !

 

14 vignerons de la France entière, des vins bien évidemment différents, et pourtant, un point commun : la Biodynamie, pratiquée en vigne et en cave.

 

A l’initiative de Béatrice Pichon et l’Association des Sommeliers Savoie-Alpes-Bugey, cet événement a réuni avec succès ce lundi 14 novembre plus de 60 professionnels du vin au restaurant Yohan Conte 2**.

 

La biodynamie est tendance aujourd’hui qu’on le veuille ou non. Prise de conscience des enjeux de l’environnement, une nouvelle génération bousculant les codes, le désir d’élaborer des vins « digestes » : nombreuses sont les raisons de s’éloigner du monde des vins « conventionnels » et découvrir les vins en biodynamie.

 

« Je ne fais pas de vin en fait, mon terroir s’exprime au travers du raisin », nous dit un vigneron. Bienvenue dans l’univers des astres et des plantes, univers dans lequel nos grands-parents vivaient naturellement. Au-delà de l’absence totale de pesticides et d’insecticides dans les vignes, travail du sol, suivi des cycles de la vigne et de la lune,  apport de préparas naturels au sol, usage raisonné du cuivre et du souffre, aucun intrant chimique ajouté : voici les grandes lignes de ce concept né en 1924 avec Rudolf Steiner.

 

Les conversations s’enchaînent, les verres se remplissent, les dégustateurs s’interrogent : « il y a plutôt une franche acidité, non ? », « on est sur un Rhône Sud et pourtant, la fraîcheur persiste », « réduction au nez, mais en aérant, le vin s’ouvre sur le fruit ». Les vignerons répondent : « oui, la minéralité du sol calcaire se ressent au palais », « pour garder la fraîcheur, l’extraction est douce, le vin est protégé de l’oxygène » et même parfois, « je ne me l’explique pas toujours, mais au final, mes vins deviennent plus précis et plus complexes ».

 

Après l’ère des phytosanitaires, la première volonté des vignerons est de redonner vie au sol afin qu’il optimise ses échanges avec la vigne : « elle se nourrit du terroir, et cela permet vraiment de faire ressortir des différences parcellaires ».

Nombre d’entre eux commencent par une conversion en Bio, et naturellement se dirigent vers la certification Ecocert, Demeter et Biodyvin.

 

L’ambiance était presque studieuse mais la magie du vin opère en toute occasion: l’esprit convivial naissant, place au plaisir et direction le Vin chez Moi, bar à vins tenu à Annecy le vieux par Anthony Colon. Magnums, bouteilles surprises, fondues et planches savoureuses ont rassasiées les convives, dans la détente et la découverte.

 

L’obejctif du vin n’est-il pas d’être bu et partagé avec plaisir ? Dîtes adieu aux vins lourds, aux maux de tête et saluez le retour des flacons sur la fraîcheur et à « haute buvabilité » !

 

Et qui sont-ils au juste ?

 

* Champagne Françoise Bedel 

    superbe travail d’assemblage, le pinot meunier est pur et faible usage du dosage dans ses   cuvées.

 

* Domaine Montirius, Vacqueyras/Gigondas

         un (trop rare) Vacqueyras blanc élancé, frais et délicat.

         Rouges oscillant entre les épices et la profondeur du fruit.

 

* Domaine Alsacien Jean-Louis et Fabienne Mann

le terroir et les crus n’ont plus de mystère.

Quasiment sans sucre résiduel, vins longilignes et parfumés.

 

* Domaine de la Pinte Jura

         une typicité en douceur, des savagnins digestes

         et un melon à queue rouge étonnant.

 

* Domaine Bois Brinçon, Anjou, Layon, Pineau d'Aunis, Crémant 

         la patience est récompensée : finesse du chenin, un grolleau croquant et                           gourmand, le poivré du pineau d’aunis, la complexité du cabernet-franc.

 

* Domaine Monier Perreol, Viognier/St Joseph

         un tanin velouté ou ferme et discret,

         fumée et sauvage parfois, la syrah rayonne.

 

* Château de Fontvert, Lubéron

         calcaires et sables offrent de la rondeur, un fruité rouge et épicé.

         Tout le charme du Lubéron.

 

* Domaine Didier Montchovet, Bourgogne Côte de Beaune

         le pinot noir s’affiche droit, franc et longueur sur une belle fraîcheur épicée.

 

* Domaine Dominique Cornin, Maconnais

         superbe interprétation des terroirs au travers du chardonnay.

         Rien de beurré, que du fruit et une tension délicate.

 

* Coteaux des Travers, Rasteau, Cairanne

         entre argiles, sables et garrigues, belle finesse et maturité des tanins.

         Juste équilibre entre acidité et sucrosité.

 

* Domaine de Maravilhas, Lirac, Laudun 

         rouges élégants, épicés et aboutis, les blancs optant

         pour le salin et la floralité.

 

* Château Simian, Côtes du Rhône Massif d'Uchaux, Châteauneuf du pape

         soyeux et équilibré, belle complexité sur la réglisse et fruits à noyaux

         le viognier, minéral et intense offre une superbe longueur sur le fruit blanc.

 

* Domaine de Cébène, Faugères

         beau terroir sur shistes, mourvèdre, grenache et carignan sont sublimés

         par la profondeur et la fraîcheur.

 

* Domaine Conte de Floris, Lanquedoc Pézenas

          superbe travail sur le carignan blanc, fin, vif parfumé sur les fleurs et l’anis

          rouges étonnants de fraîcheur et d’intensité

 

En dégustation libre :

 

* Domaine Mas Foulaquier, Pic St Loup 

         vins pleins d’énergie, de souplesse et de fruit.

 

* Château La Robertie, Bergerac 

Blanc sec et délicat présentant un bel équilibre sauvignon/sémillon

Rouge frais et aux tanins fondus

 

* Domaine Le Loup Blanc, Minervois 

         Fraîcheur, fruité, profondeur, un Languedoc surprenant

 

Un immense merci à Béatrice Pichon et à tous les vignerons présents.

Merci à Landry Tissot, sommelier de Yohan Conte, pour son sourire et professionnalisme.

Merci à Anthony Colon et son équipe pour leur accueil et une superbe ambiance.

Merci au photographe Jean-Sébastien Touchet / www.blue1310.com.

Merci à Charly et toute l’équipe de l’Association, qui ont œuvré pour rendre cette journée inoubliable !

 

Par Elise

7-8 Novembre 2016 à Toulouse : REPORTAGE PHOTOS

- Finale du Concours de Meilleur Sommelier de France : Lauréat Gaëtan BOUVIER

- Assemblée Générale de l'U.D.S.F. : Nouveau Président Philippe FAURE-BRAC

- Remise du titre honorifique de "Maître-Sommelier" : Laurent BOYER pour l'A.S.S.A.B.

Crédit Photo : Jean Bernard

Assemblée Générale / Octobre 2016

L’IGP Grésivaudan : une perle dans les vins de l’Isère.
 
Au-delà de la nécessité d’une assemblée générale, et du superbe programme concocté pour 2017, elle est aussi le prétexte parfait pour découvrir des vins et leurs auteurs : IGP Grésivaudan, avec Thomas Finot et Jean-Michel Reymond du Chevalier Bayard.
 
Rendez-vous pris le 17 Octobre dans un lieu unique : restaurant le Funiculaire à St Hilaire du Touvet. Face à un panorama exceptionnel, sur les falaises du massif de la Chartreuse, se sont réunis les membres de notre association alpine, ainsi que les élèves en MC sommellerie de l’IMT de Grenoble. Et comme chaque année, nouvelle section, nouveaux parrainages ! La transmission est une qualité que nous souhaitons développer avec ces futurs professionnels du vin.
 
Relooking du logo de l’association, programmation de futures dégustations et rencontres, les premières épreuves aux concours MOF Sommellerie et Meilleur Jeune Sommelier de France…2017 s’annonce intense et riche !
 
Mais revenons-en au vin… Sur les contreforts du massif de la Chartreuse, bienvenue en Grésivaudan, ancienne vallée glacière. Cette IGP Coteaux du Grésivaudan (2011) renaît grâce à une poignée de jeunes vignerons, possédant l’envie farouche de faire revivre ce vignoble vieux de 2000 ans, et doté de cépages autochtones.
 
C’est en pleine période de vendanges que Thomas Finot a quitté ses pressoirs le temps du déjeuner, pour nous rejoindre. Mains de vignerons, le verbe haut, un regard pétillant, ses vins lui ressemblent. Installé depuis 2007, une cuve et un tracteur, il se lance. 10 ans plus tard, et bientôt en biodynamie, Verdesse, Malvoisie, Etraire de la Dhui, Persan et autres cépages nous parlent enfin. Les blancs s’expriment secs, généreux, fins et aromatiques, avec une rondeur subtile pour la malvoisie. Persan et Etraire de la Dhui offrent quant à eux des registres fauves, de baies sauvages et d’épices. Toujours sur un fond d’acidité rafraîchissante, leurs tanins fins et fermes nous ouvrent l’appétit.
 
Remontons maintenant le temps : 15 ème siècle, château de Bayard à Pontcharra. En 2006, Yves Jean et Jean-Michel Reymond, respectivement propriétaire et œnologue, ont œuvré pour replanter les vignes : 2/3 persan et 1/3 malvoisie. Avec 7000 bouteilles par an, ces deux cépages alpins renaissent sur les terres du Chevalier Bayard.  La Malvoisie s’affiche dorée, ronde et parfumée. Quant au Persan, le fruit mûr s’allie aux tanins peaufinés par un élevage doux.  
 
Merci à ces deux hommes qui nous ont fait l’honneur de leur présence, de leurs vins et du temps passé à faire (encore) découvrir ce terroir à fort potentiel. Merci aux élèves et personnes présentes et merci enfin à Bruno Roussel pour l’organisation de l’AG et au Restaurant le Funiculaire, leur accueil et cuisine ont réchauffé les cœurs !
 
Par Elise LEMOINE

Merci à Antoine Kacherou pour les belles photos !

Journée détente à Chamonix / 12-13 Septembre 2016

 

Compte rendu de la journée du Lundi 12 septembre 2016 (par Laurent)

 

Consacrée à la partie « sportive » : randonnée au refuge de la Loriaz 2020 M :

(voir photo et lien vers le site Internet du refuge à la fin du compte-rendu)

 

Rendez-vous était donné à l’Auberge du Bois Prin à 14H.

 

Après une petite attente, force était de constater que les courageux n’étaient pas nombreux !

 

Il fallait donc se résigner à partager les Bouteilles, Magnums et autres Jéroboams entre les seuls participants à cette randonnée soit cinq « sportifs » !

 

La montée n’allait pas être plus longue mais bien plus lourde …

(Remerciement spécial à Jules qui s’est porté candidat pour mettre le Jéroboam au fond de son sac.)

 

Les sacs à dos bien chargés, il était donc venu le temps de partir affronter cette randonnée.

La montée fût magnifique et mis nos sens en éveil : la vue splendide, l’odorat et ses odeurs de sous-bois, le goût des champignons (que dire des « pieds de mouton » ramassés à la montée et cuisinés par Denis à notre arrivée au refuge : un vrai régal des papilles !).

 

Pour la petite anecdote (qui doit rester entre nous !), il faut avouer que lors de la montée nous avons été contraint à faire une pause forcée à la demande de notre président Charly : Les deux magnums au fond de son sac à dos devenaient bien trop lourd à porter !

 

Après avoir bu un magnum sur place pour nous alléger (non, c’est une blague, vous aviez à faire à des sportifs !) donc plus sérieusement, après avoir alléger notre président pour lui redonner du souffle, direction la dernière ligne droite et la récompense tant méritée.

 

Après 2H30 de montée, le refuge est en vue au cœur du magnifique massif des aiguilles rouges et les premières gouttes d’eau commencent à se faire sentir !

 

Arrivés au refuge juste à temps avant l’orage (vous savez le bon gros orage de montagne avec le tonnerre qui gronde et les trombes d’eau !) : Le timing était parfait et nous voilà bien au chaud. Nous allons nous-même nous charger d’arroser les occupants du refuge …

 

L’accueil au refuge a été fort sympathique, il faut le dire :

Nous avons reçu un accueil chaleureux par un jeune couple de gardiens qui réalise une cuisine de qualité fort gouteuse du « Fait Maison » (que dire du Farçon, un vrai régal des papilles !).

 

Pour votre information : Si arrivé au refuge, vous avez du mal à régler vos jumelles ou si vous avez un problème de vue, le gardien vous aidera sans aucun doute !

Si vous avez des interrogations au sujet de la flore, n’hésitez pas à demander à la gardienne qui vous contera son histoire et bien plus. (Allez leur faire une petite visite, vous comprendrez !)

 

Un jeune couple fort sympathique chez qui nous retournerons sans aucun doute.

 

Le dîner fût un grand moment d’échange et de partage comme on les aime :

De bons plats, de bons vins, le tout partagé avec une bonne table de bons vivants : Ambiance garantie !

 

La nuit dans le dortoir commun a été calme et fort reposante, sauf peut-être pour la jeune stagiaire de Charly qui a eu du mal à trouver le sommeil en raison sans doute d’un excès de Génépi ! (Il faut avouer qu’il était si bon !)

 

Le lendemain matin, réveil en pleine forme sous un beau soleil et petit-déjeuner sur la terrasse avec vue sur le Mont-Blanc afin de prendre des forces pour la descente.

 

Selon Charly : "Il faut reconnaitre que la descente était plus facile que la montée" : Il est vrai que les sacs à dos étaient beaucoup moins lourd cher Président !

 

Pour conclure :

Cette montée et la soirée au refuge resteront dans nos mémoires à jamais : Une expérience de vie « Hors du Temps » !

 

Conclusion « Bis »:

Il est plus facile de descendre les bouteilles que de monter les montagnes !

 

Si à l’avenir, nous réitérons cette sortie randonnée, nous ne pouvons que vous conseiller vivement d’en faire partie … et pas seulement pour nous aider à porter les bouteilles !

 

Suite :

Compte rendu de la journée du Mardi 13 septembre 2016

 

A l’Auberge du Bois Prin – Les Moussoux à Chamonix

par Richard JULLIEN d’Evian les Bains

 

Le mardi 13 septembre 2016, nous étions conviés a l’Auberge du Bois Prin, à Chamonix, pour une dégustation des vins du « Triangle de l’Amitié ».

 

Denis CARRIER  et Jules THOREL nous avaient préparé un menu raffiné et savoureux.

17 vins nous étaient proposés, caractérisés par leur proximité géographique et leur diversité ampélographique.

 

Les vins valaisans étaient à l’honneur : Mathilde ROUX et Henri VALLOTON, vignerons a FULLY, nous ont permis d’apprécier leurs appellations, en particulier les subtilités d’une « petite Arvine 2015» et un paien au fruit exotique. Pour les rouges,ils nous ont fait découvrir deux cépages autochtones :  un Durize 2015 aux notes de griottes compotées et un Cornalin 2014 . Un Gamay vieilles vignes 2015, structuré, et deux syrahs 2013, tanniques, complétaient cette gamme.

 

Les vins de Savoie étaient représentés par un Ayze Mont Blanc brut de chez BELLUARD , propre a émoustiller les papilles , et un Marin « Clos de Pont 2013 » de chez DELALEX a la finale saline.

 

La cuvée Améthyste du Domaine des Ardoisières 2012 nous rappelait la qualité d’un assemblage de mondeuse et de persan.

 

Pour le Val d’Aoste, une petite Arvine 2015, ronde et florale,précédait un coteau de La Tour , pur fumin , cépage rouge local, et un Torrette superiore , vin de tous les jours.

 

Entre deux vins, l’eau minérale suisse « Sembrancher », apportait sa pureté et sa légèreté.

 

Echanges et convivialité furent donc au rendez vous de cette journée.

 

Encore un grand MERCI à notre hôte Denis CARRIER ainsi qu'à l'ensemble des participants.

 

Refuge de Loriaz 2020 M : Nous vous recommendons vivement d'aller y faire une petite visite : http://www.refuge-loriaz.com

Domaine de Vassal et Rencontre avec Pierre Galet               5 Septembre 2016

C’est en petit comité que nous sommes allés découvrir un conservatoire unique au monde et un véritable patrimoine culturel et historique, géré par l’Institut de la recherche agronomique au domaine de Vassal, à Marseillan (Languedoc) !


Depuis sa création en 1949, le domaine héberge une collection nationale et internationale de vignes et s’étend sur 27 hectares. 10 agents permanents y travaillent et ont pour mission la conservation, la caractérisation et la valorisation de la biodiversité de la vigne.


C’est un site très particulier car il est positionné sur un cordon littoral sableux qui sépare l’étang de Thau de la méditerranée. Les sables d’origine marine et ayant peu d’argile sont indemnes de phylloxéra et autres vers parasites. Dans ces conditions, les vignes sont cultivées franche de pied et donc sur ses propres racines. De plus, le climat est tel à Vassal qu’il permet croissance et bon développement de pratiquement toutes les variétés de vignes.
Une telle collection est un lieu de conservation d’un patrimoine unique au monde qui s’est enrichi progressivement grâce à des dons et échanges avec différents instituts, des transferts et missions de prospection de scientifiques en France et à l’Etranger comme Pierre Galet par exemple.


La collection de vignes que nous avons pu observer est composée de 7057 introductions représentées chacune par 5 souches et elles proviennent de 47 pays différents ! On retrouve ainsi des vignes sauvages, cultivées et d’autres issues de la création variétale. Chaque vigne présente des différences importantes de sensibilité aux maladies et d’adaptation aux sols, ce qui implique un travail continu de renouvellement des parcelles et de remplacement des manquants. 3 serres et pépinières sont utilisées pour cela.
L’ampélographie est à la base de la connaissance du matériel végétal et elle consiste à faire :
-    Une description ampélographique de la vigne depuis son bourgeonnement, en passant par la feuille adulte jusqu’à la grappe
-    Des observations phénologiques (dates de débourrement, floraison, véraison, maturité) pour juger de l’adaptation des variétés aux climats
-    Un contrôle des valeurs agronomiques pour estimer le potentiel des variétés
-    Des micro vinifications afin d’estimer les potentialités des cépages en cuve
-    Des photographies de toutes les étapes de la vigne
-    Evaluer l’état sanitaire des principaux cépages français et étrangers vis-à-vis des principaux virus
-    Des empreintes génétiques qui sont désormais réalisées pour l’identification et la traçabilité du matériel végétal.

 

Quel est l’intérêt d’une telle collection ?


Ce conservatoire est un fond documentaire sur tous les cépages du monde et il sert de référence au niveau national et international. Des publications permettent d’étudier l’histoire évolutive de la vigne.


C’est aussi une source de gènes indispensables pour la création variétale, pour les générations futures, pour faire face aux maladies du vignoble, étudier l’évolution du goût des consommateurs, les évolutions climatiques voire même pour de nouvelles utilisations comme les biocarburants par exemple. Ainsi, afin de répondre aux demandes des scientifiques et vignerons, leur service expédition expédie des boutures et des bois. C’est aussi grâce à ce conservatoire qu’il est possible de travailler au renouveau cultural de vieux cépages.


C’est aussi un lieu de conservation des cépages où tout est travail est fait afin de sauver certains pieds de vignes fragiles, tout en travaillant sur les différentes catégories de raisins qu’ils soient de cuve ou de table, sur de nouveaux porte greffes résistants aux virus et adaptables aux différents sols français, sur le choix des géniteurs en réalisant près de 3400 croisements depuis 1950.


Puis nous avons rencontré Pierre Galet dans son appartement de Montpellier qui était très heureux de nous annoncer qu’il était invité le 17 octobre prochain à l’OIV pour la remise du Grand Prix 2016 pour son Dictionnaire encyclopédique des cépages et de leurs origines.
Il nous a parlé de toute sa vie passée à étudier la Botanique, de ses débuts d’inspecteur de pépiniéristes où on le testait et lui tendait des pièges au début de sa carrière car il n’était pas fils de vigneron, de sa collaboration avec un de ses camarades de classes fils d’un boucher niçois, de ses voyages dans différents pays pour étudier les cépages locaux comme ce fût le cas au Mexique où il fut hébergé 6 ou 7 fois car rien ne remplace l’étude visuelle des cépages dit-il. Il souligne que tout n’est pas au point dans l’ADN car certains cépages auraient 3 provenances. En effet, les hommes ont emporté la vigne de partout en se déplaçant et il nous parle du Caucase, centre de départ de la vigne.


 Il nous a montré qu’il travaille toujours et encore car il prépare de nouveaux ouvrages. Il était en train de traduire une thèse sur les vitacées du Brésil. Finalement, il fêtera seulement ses 96 ans en Janvier prochain et il nous raconte avec humour que le diable doit craindre qu’il mette la pagaille en enfer !

 

Compte rendu de Béatrice Pichon

1ère Fête de la Sommellerie Française

19-20 Juin en Champagne / Reportage photos

Les "Coups de Coeur" d'un jeune Sommelier / Mai 2016

PLEINS FEUX SUR LES COUPS DE CŒUR D’UN JEUNE SOMMELIER !

 

On parle souvent mieux de ce que l’on aime, n’est-ce pas ?

 

Une fois par an, les sommeliers de Savoie Alpes Bugey laissent le champ libre à un jeune sommelier : et c’est parti pour une journée sous le signe de la découverte !

 

C’est au pied des vignes magnifiques du Cru Marestel, que Mathieu Gros officiant au restaurant La Pagerie à Gaillard près d’Annemasse, nous a donné rendez-vous.

Au programme : déguster et partager sa sélection de vins coup de cœur et autres surprises… un voyage gustatif à l’aveugle mené tambour battant de 15h jusqu’à tard en soirée !

 

Dans un cadre unique et historique qu’est le Château de la Mar, ancienne demeure des Comtes de Mareste, et accueilli par le récent propriétaire, nos palais ont été tout d’abord aiguisé par les trois cuvées de Roussette de Marestel, Golliat, le Verney et la Chapelle.

Une fois encore, l’altesse prouve son charisme autour d’une bouche structurée, parfumée, et toujours cette fine acidité.

 

Trente personnes de professions diverses autour du vin dans une cave voûtée échangent, rient et se découvrent autour d’une série impressionnante de flacons…

Des vignerons étaient présent également : Michel Grisard, Jean-Claude Masson, Raphael St Germain, Catherine le Dantec, Louis Magnin. Parfait pour discuter entre spécialistes du vin et de la vigne !

 

Mathieu proposa de commencer par les vieux millésimes (choix judicieux !). Un magnum de Mondeuse 2004 de Michel Grisard ouvre le bal, puis un Persan 2006 de Jean-Pierre Grisard…s’enchaînent une Mondeuse Blanche 2011 et une Douce Noire 2013 du même domaine, Château de Puget Côtes de Provence rosé, Cœur d’Apremont 2000 de JC Masson, sa cuvée Lisa aussi… un blanc de Merlot, Bordeaux, surprend également l’assemblée.

Une 20aine de flacons plus tard, une bulle rosée à base de Mondeuse du domaine St Germain. Fraîche et gourmande, elle nous donne un moment de répit avant de terminer avec un invité surprise !

 

Le soleil est venu jusqu’à nous avec Jérôme Castillon du Château L’Ermitage.

Ses cuvées Sainte-Cécile en blanc (roussane, viognier, grenache) et rouge (syrah, mourvèdre, grenache). Parfums, rondeur élégante et fine acidité pour l’une, intensité aromatique et tanins épicés, d’un soyeux terriblement frais et gourmand pour l’autre.

Ces vins, ainsi que tous les flacons dégustés, se dévoilent à merveille au palais, accompagnant ainsi un buffet en 5 plats servi dans une réelle ambiance conviviale et gourmande !

 

Un grand merci à Mathieu Gros pour sa passion et son enthousiasme, merci à M. Jean-Paul Richard du Château de la Mar pour l’accueil et sa dégustation et merci également aux vignerons présents ainsi que les flacons partagés.

 

Elise LEMOINE pour l’ASSAB

 

Déjeuner de Gala au Restaurant le Farçon à Courchevel

COMPTE RENDU REPAS DE GALA DE L’ASSAB du Lundi 4 avril 2016

C’est à l’initiative de notre talentueux délégué Jeunes Sommeliers, Lucas, que notre repas annuel de Gala a eu lieu au restaurant étoilé depuis déjà dix ans, le Farçon.

 

Et quel accueil, quelle qualité de service de l’équipe de salle, quel repas haut en couleurs nous a été préparé par le chef Julien MACHET et sa brigade en accord avec les vins minutieusement sélectionnés par Lucas !


Ce fût un sans-faute du début à la fin de ce beau moment de partage gastronomique et œnologique !


En commençant par un apéritif au champagne Veuve Devaux ayant passé 3 ans sur lattes, suivi de sucettes d’escargot en tempura de persillade, allumettes de beaufort pané.
Et pour poursuivre avec l’entrée raffinée qu’est le homard fumé au chocolat blanc et wasabi, nous fût proposé un Côtes de Provence rosé du Château d’Esclans « LES CLANS » 2013 à base de grenache et roll, élevé en demi-muids moitié neufs et de 2 ans, pressurage direct sans macération.

 

Comme joliment commenté par Laurent (fondateur de l’Ecole du Vin de Genève), il s’agissait de faire honneur à un plat aussi raffiné et coloré en cherchant l’harmonie afin que le plat et le vin s’en trouvent tous deux magnifiés ! Finesse du homard à la chair tendre, visuel harmonieux coloré dans les tons orangés, arômes délicats du chocolat blanc et relevés du wasabi et délicate structure de ce vin rosé.


Puis, c’est une touche printanière qu’est apporté par un crémeux d’asperges rafraîchi au sorbet mandarine,


Pour continuer, une Féra du Léman au crémeux d’ail des ours et pamplemousse fût proposée avec un Pouilly Fumé 2012, commenté par Mathieu, sommelier à la Pagerie, soulignant l’harmonie entre le cépage sauvignon acidulé et doté d’une jolie vivacité typique !


Ensuite, une rable de lapin fourrée au beaufort, ciboulette et petits pois accompagné d’une polenta blanche. Afin de nous décomposer la beauté du Sancerre 1998 proposé, Charly décrit le vin d’une couleur jaune or très expressif, floral, que le sauvignon donne pour lui-même, délicatement miellé mais avec aussi beaucoup de fraîcheur, légèreté, souplesse et une certaine rondeur. Le lapin servi mi- cuit renforce le moelleux de la chair et la touche citronnée de la polenta sublime cette sensation de fraîcheur. Un grand plaisir pour mettre le tout en harmonie et en partage.


Place au sucré avec une tartelette sauce chocolat, glace au lait et caramel de nos montagnes accompagnée d’un Côtes de Provence Rouge 2010, 100% Syrah,  accord commenté par Bruno Roussel (Enseignant à l’IMT de Grenoble) : le vin d’une belle couleur sombre, réduit, sauvage, au nez cassis de la syrah qui se livre davantage après aération, chaleur et fraîcheur en accord surprenant pour finir le repas dans la générosité.


Pour terminer la Liquoristerie de la Vanoise nous a présenté quelques liqueurs et alcools : génépi infusé au lait de vache de montagne, ayant macéré 40 jours et délicatement aromatisé au caramel et vanille, appelé le Baileys des montagnes, liqueur de Poire William, Vulnéraire, génépi blanc.


Et pour accompagner notre café, une bugne chaude et meringue, chantilly et crème de châtaigne.


Le chef, sa brigade ainsi que tout le personnel de service y compris le sommelier, Lucas, sont venus nous saluer en fin de repas. Toute une équipe de très grande qualité qui nous a permis de passer un moment exceptionnel.


Vive la Gastronomie mais aussi vive La Gourmandise pour un plaisir partagé extraordinaire a repris Charly pour conclure.


Béatrice PICHON, pour l’ASSAB

 

 

Encore un garnd merci au Chef Julien Machet et à Luca Kl sommelier au Farçon et délégué jeune sommelier de notre association.


Merci à Mr Calixte Lecront de nous avoir offert les vins et merci à la liquoristerie de la Vanoise.

Réunion du 21 Mars 2016 - IMT Grenoble - Mr. Puisais

Réunion du 7 Mars 2016

Crémants de Savoie - Ayse - Seyssel à l'Abbaye de Talloires

Les Bulles de Montagne à l’honneur lors du

 

1er CONCOURS DES CREMANTS DE SAVOIE !

 

Charmeur, parfumé, aérien, une bulle fine, laissez-vous séduire par la Jacquère et l’Altesse, cépages uniques au monde du Crémant de Savoie.

 

Après avoir obtenu l’AOC en 2015,  ce 8ème Crémant de France est officiellement entré dans la cour des grands effervescents.

 

A l’initiative  de Charles-André Charrier, dit Charly, sommelier à l’Abbaye de Talloires et président de l’Association des Sommeliers de Savoie, ainsi qu’au Comité Interprofessionnel des Vins de Savoie, un jury d’experts s’est réuni le 17 Mars pour distinguer les meilleurs Crémants et effervescents de Savoie, les rosés, AOC Seyssel et AOC Ayze.

 

Au bord du lac d’Annecy, une trentaine d’échantillons, dont une 15aine de crémants, ont donc été dégustés par différents palais. Côté vins, les sommeliers de Savoie, Jura et de Suisse. Côté presse, les journalistes spécialisés du vin, en provenance de France, de Belgique et d’Angleterre avaient répondu présent.

 

« Un goût unique », « longueur et persistance », les propos fusent et les regards pétillent. « Le chardonnay est largement utilisé en France, et c’est une grande chance pour la Savoie de se démarquer avec ses propres cépages, jacquère et altesse, offrant ainsi une réelle identité de terroir et de savoir-faire. Un élevage sur lattes de 12 mois, permettant d’affiner la bulle, permettra au Crémant d’être à la hauteur pour des accords gastronomiques. » : voyez en ces propos la fierté de Charly, tout comme Michel Quénard, président du Syndicat des Vins de Savoie, vigneron du domaine éponyme.

 

Avec 60% minimum de ces cépages authentiques dans l’assemblage, le Crémant se veut volontairement différent. La jacquère s’exprime plus intensément, l’altesse confère puissance et rondeur, l’équilibre oscille entre une franche vivacité et de beaux amers.

L’authenticité de ce goût se verra bien entendu peaufiné par la patte de chaque vigneron.

 

Autour d’un déjeuner taillé sur-mesure, les bulles suivent l’énergie d’une variation de betterave, ou rafraîchissent le palais après la douceur onctueuse d’un Reblochon fermier. Un dessert tout en agrumes rejoint leur vivacité et convainc définitivement nos palais de la justesse et qualités atteintes des Crémants d’aujourd’hui.

 

Vous trouverez les résultats du concours en suivant le lien ci-dessous.

 

Elise LEMOINE pour l’ASSAB

Article de presse - Source le Dauphiné 13/03/2016
Résultat du concours / Article du Dauphiné
Article CIVS Dauphiné.pdf
Document Adobe Acrobat [425.6 KB]

Réunion du 29 Février 2016

Thème "Les vins du Bugey" au Domaine Angelot

500 ha, cette jeune et fraîche AOC a tout d’une grande :

Bienvenue dans le vignoble du Bugey !
 
C’est au cœur du Bugey, dans le triangle d’or Lyon-Grenoble-Genève, que se sont réunis les membres et amis de l’Association, Lundi 29 Février.
Petit par la taille, grand par le cœur, les domaines Angelot de Marignieu, Bonnard à Montagnieu et le Caveau Bugiste de Vongnes, représenté par M. Jean Chaudet, nous ont accueilli grands bras ouverts et ont rendu cette journée (pluvieuse), chaleureuse et passionnante !
 
BULLES & BLANCS AU TONNEAU !

11h 30 : Eric Angelot nous accueille en compagnie de M. Bonnard.

Les papilles découvrent les pétillants du Bugey, tout en écoutant les paroles énergiques et passionnantes de ces vignerons.

- l’Extra-Brut du domaine Angelot, 100% chardonnay
- Bugey Brut, aux 4 cépages : molette, jacquère, aligoté, chardonnay
- Montagnieu Brut, 70% chardonnay / 30% Pinot Noir (cela vous rappelle quelque chose, n’est ce pas !)
 
Il s’enchaîne naturellement les blancs avec le Bugey Blanc Cuvée Maxime, vielles vignes de chardonnay, sur 2014 et 2015, une Roussette de Montagnieu 2014, une Roussette du Bugey 2014 : rondeur, longueur et gourmandise en bouche, de quoi y perdre son latin !
 
A TABLE ! Mâchon et Manicle

Autour d’un mâchon royal, les vins rouges dévoilent leurs personnalités franches et parfumées. Gamay, Pinot noir et la Mondeuse bien sûr, des domaines Angelot et Bonnard ont resplendit par leurs tanins et leur fruité éclatant. Le Manicle du Bugey, 100% pinot noir, s’est montré élégant, intense, unique. Le 2009 Cuvée la Truffière du Caveau Bugiste a de quoi flirter avec des bourgognes bien connus !
 
VISITE DE LA VIGNE : 1 vigneron par village : ici au Domaine Angelot
Direction les vignes : après s’être préparé en dégustant les fameuses « fines du Bugey », Eric Angelot nous emmène sur ces chemins pour une meilleure compréhension du vignoble. Un Châtaignier vieux de 5 siècles, se dressant devant nous est un témoin exceptionnel : vignes, châtaignier et truffes, oui la vigne a vraiment sa place sur ce terroir !
 
VISISTE DU CHAI & DEGUSTATION DU CERDON et TARTE AUX FRAISES
Certains le connaissent déjà : Cerdon du domaine Renardat-Fache.
Une bulle 100% gamay, légère (7,5%) et gourmande (quelques sucres résiduels), parfaite sur le dessert, une tarte aux fraises : on ne pouvait rêver mieux !
 
LEUR CHANCE, LEUR RICHESSE ? LEUR DIVERSITE, LEUR VOLONTE…
L’avenir, ils le voient (presque) rose : avec une AOC obtenue en 2009, de multiples facettes, tant par le terroir, que les cépages et méthodes de vinification, ce vignoble monte au créneau et peut ravir tous les palais.
 
Et cerise sur le gâteau, ils nous offrent une bouteille de Bugey Blanc Cuvée Maxime.
UN IMMENSE MERCI à Eric Angelot, M. Bonnart et M. Chaudet pour leur accueil et Robert Gallet, l’initiateur de cette journée, où l’on apprend encore et toujours sur le vin.
 
Elise LEMOINE

Réunion du 11 Janvier 2016

Thème "Les vins du Sud-Ouest" à l'école Hôtelière de Thonon les Bains

 

DU SOLEIL DANS NOS MONTAGNES !

 

Fer Servadou, négrette, petit manseng, muscadelle, malbec, tannat… derrière ces cépages, des pépites. Madiran, Pacherenc, Marcillac, Cahors, Jurançon, Bergerac, Fronton : ils vous parlent de soleil, de profondeur, de rareté. Bref, ces vins sont uniques au monde.

 

SIX VIGNERONS, UNE JAVA…pour le premier événement de l’année, Lundi 11 Janvier au Lycée Hôtelier de Thonon-les-Bains, l’ASSAB a convié membres, amis et élèves, autour des vins de la Java du Sud-Ouest. Six domaines composent cette association (plate-forme également commerciale) qui a pour but de promouvoir six AOP reconnues, mais qui ont encore besoin de faire la lumière sur leur histoire et terroir.

 

Le décor est planté : une vingtaine d’échantillons, une trentaine de personnes (19 sommeliers et 11 étudiants de BTS du lycée hôtelier), crayons/papiers et surtout, sourires et palais affutés. Résumer ces vins aux simples mots de « fruité, tanniques, ou moelleux » serait réducteur.

 

En effet, chacune de ces AOP est inimitable.

 

* Domaine du Cros, Marcillac et fer servadou…fin, juteux et épicé (tanins rustiques et élégants si, si c’est possible)

 

* Château Tour des Gendres, Bergerac : cabernet, merlot, malbec / sauvignon, muscadelle, sémillon : franchise, rondeur et fraîcheur.

 

* Uroulat, Jurançon et petit et gros manseng : version moelleux, il s’équilibre avec l’acidité, avec une gourmandise assurément présente. Version sec, il se retrouve digeste et ciselé.

 

* Château d’Aydie, Madiran et tannat/syrah : dense, profond, sur le fruit ou de garde.

Version blanc, on trouvera le Pacherenc du Vic-Bilh (mêmes cépage que le Jurançon), finesse, croquant du fruit et douceur exotique réunies.

 

* Château du Cèdre, Cahors, malbec : sauvage et élégant…le célèbre Black Wine comment on l’appelle outre-Atlantique.

 

* Domaine Le Roc, Fronton et négrette : réglisse, violette, généreux, soyeux ou sauvage au choix.

 

La plupart de ces domaines travaillent en biodynamie (O% chimie, 100% produits naturels) ou tendent vers ce qui permet de respecter l’identité des sols et cépages. Assurément ces vins, qui sont quasiment tous présents sur les tables étoilées, ont encore le charme de la découverte…et des prix bien sûr, alors foncez !

 

Sur la même lancée, direction domaine Delalex pour un petit groupe. En effet, les élèves du Lycée Hôtelier préparent le dîner au restaurant d’application. Un verre à la main, Samuel et Benoît nous invitent à déguster sur cuve leurs chasselas 2015, notamment la cuvée Clos de Pont, ainsi qu’un rosé de Gamay.

 

Défendre des cépages rares et des vins uniques, c’est aussi cela le métier de sommelier :

 

Fer servadou ou chasselas, même combat !

 

Et c’est sur le thème du bien-être que le dîner se déroule dans une ambiance zen et saine…

Bouillon thaï, carpaccio, nuances d’agrumes, le fruit, les feuilles de thé… les vins s’accordent ou pas, les plaisirs sont variés et les mets prouvent le grand professionnalisme des futurs chefs.

 

Un grand Merci à la Java du Sud-Ouest et leurs vignerons, pour les échantillons gracieusement fournis, merci au Lycée Hôtelier de Thonon-les-Bains et ses élèves, pour l’accueil et le dîner de haute-volée, merci à Pierre Barrucand, l’initiateur de cette journée et enfin merci au Domaine Delalex pour leur accueil et dégustation.

 

 

Elise LEMOINE pour l’ASSAB.

 

Réunion du 7 décembre 2015

Assemblée Générale à Tamié

Nouvelle Année, Nouveau Bureau, Nouveaux Projets !

 

Au col de Tamié, des sommeliers, des vignerons, les vins de Seyssuel, Vitis Vienna, des rencontres, les jeunes des MC parrainés par des pros et passionnés, un programme de folie pour 2016 : les sommeliers de Savoie-Alpes-Bugey sont à fond !!!

 

Quel meilleur emplacement que la montagne et un ciel bleu rompu de soleil, pour l’AG de l’Assab (Savoie Alpes Bugey) en ce Lundi 7 Septembre 2015 ? Rendez-vous donc à l’Abbaye de Tamié et au Chalet des Trappeurs, pour ce moment fort d’une association : élection du bureau et programmation des événements pour 2016. Attention : un à deux événements par mois !

 

Ajoutons à cela la venue très appréciée de Pierre-Antoine Gaillard (domaine Gaillard) et Florian Marcelin (responsable Oenotourisme pour Secrets Viennois), venus présenter Vitis Vienna et faire déguster quelques-unes des cuvées en vin de France et IGP Collines Rhodaniennes. Le Vignoble de Seyssuel (les vins de Vienne) est un superbe projet démarré il y a une 20aine d’années par le trio Cuilleron-Gaillard-Villard. Aujourd’hui, la nouvelle génération pérennise cette aventure : la dégustation tout au long du déjeuner (6 vins rouges et 2 blancs) a révélé une qualité et un plaisir gustatif évidents. Syrah et viognier sont les maîtres à bord, et avec des vinifications et élevages soignés, on flirte avec la Côte-Rotie et le Condrieu ! Dégustation d’autant plus intéressante car dans un futur proche, nous saurons si l’AOC Seyssuel existera ou non, le dossier étant déposé.

 

Cette journée fut également celle du parrainage des élèves en MC sommellerie de l’IMT de Grenoble, où chacun d’eux a choisi marraine ou parrain : pour la 2ème année consécutive, nous sommes plus que ravis de leur apporter aide et soutien !

Autre nouveauté et grande première dans l’UDSF, l’élection d’un membre au poste de Délégué Jeune Sommelier : Lucas Kleinclauss. Actuellement sommelier au Farçon 1*, auprès du chef Julien Machet, ce jeune homme dynamique et souriant sera chargé de réunir les « jeunes » et mieux exprimer leurs désirs et attentes, dans l’esprit des Etats Généraux.

 

Après quelques bulles d’ivresse, le Royal Seyssel Zéro Dosage, la Cuvée des Sommeliers de l’Assab, et un déjeuner rabelaisien, certains ont pris la route du retour, d’autre la route spirituelle avec un Frère de Tamié, afin de découvrir davantage le délicieux fromage de Tamié, fondant et délicat en bouche.

 

Merci donc à Mathieu Gros, pour avoir choisi ce lieu magique, merci à Pierre-Antoine Gaillard et Florian Marcelin de leur venue et les vins dégustés, merci à Bruno Roussel et ses élèves présents, merci également à Dominique Folliet pour les cafés Folliet merci enfin à Charly d’être à nouveau Président de l’ASSAB.

Merci également aux vignerons présents lors de cette AG, qui participent activement à la vie de l’Assab : Jean Chaudet - Caveau Bugiste, Michel Grisard - Prieuré St Christophe, Gilbert Perrier - Jean Perrier & Fils

 

Par Elise LEMOINE – pour l’ASSAB 

ROYAL SEYSSEL "Cuvée des Sommeliers"

SEYSSEL AOP 2011 ROYAL SEYSSEL BRUT ZERO

Un homme, un terroir sauvegardé, une histoire, une personnalité, tous les ingrédients de la réussite sont réunis !

Précise et élégante, cette cuvée a véritablement sa place dans la gastronomie.

Il nous est apparu logique que les sommeliers de notre région s’y intéressent : 

un partenariat est ainsi né.

FICHE TECHNIQUE :
  • ASSEMBLAGE : 80 % MOLETTE + 20 % ALTESSE
    
  • 36 MOIS DE MISE SUR LATTES
    
  • BRUT 0 / NON DOSE
    
    Pour commnder vos bouteilles de Royal Seyssel, contactez directement les Caves Lambert et demandez la "Cuvée spéciale des Sommeliers" ...
    
    Contact : Mr LAMBERT / 04.50.56.21.59 / Site Internet Cliquez ici
    


 

Prochaines réunions :

18 SEPTEMBRE / 9H

  • REUNION ASSAB JOURNEE VENDANGES CHEZ PHILIPPE GRISARD A CRUET

INSCRIPTION : CLIQUEZ ICI

******

  • 1-2 OCTOBRE / UDSF FETE DE LA SOMMELLERIE EN BRETAGNE (voir programme ci-dessous)

*******

Pour les autres dates, voir l'Agenda

****

Programme : Fête de la Sommellerie / 1-2 Octobre / BRETAGNE
INFOS Fête Sommellerie vers PFB.pdf
Document Adobe Acrobat [371.5 KB]

Découvrez les vins de Savoie

Découvrez les vins du Bugey

Rejoignez-nous !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© A.S.S.A.B./ RÉGION SAVOIE - ALPES - BUGEY